Technico-économie des systèmes d’élevage

Parmi les 450 éleveurs de la race, on compte environ 70 professionnels. Certains sont agriculteurs à titre principal, d’autres sont pluri-actifs. Quelques éléments technico-économiques de caractérisation de ces élevages professionnels.

Les productions transformées à la ferme (produits laitiers) ou en atelier de découpe/boucherie (viande) sont diversifiées et à haute valeur ajoutée. La vente des produits transformés est réalisée en vente directe : vente à la ferme, à des petites et moyennes surfaces ; systèmes de paniers paysans, magasins de producteurs, restaurateurs etc.

Des élevages guidés par les principes de l’agroécologie

  • Autonomie alimentaire : les vaches sont nourries à base d’herbe et de foin
  • Une grande autonomie de fonctionnement : peu d’intrants donc peu de charges opérationnelles, et peu de sensibilité aux variations de prix ;
  • Une autonomie financière grâce à la vente directe : peu de sensibilité aux variations des cours
  • Des pratiques agronomiques visant le respect des ressources naturelles. 60 % des élevages sont certifiés « Agriculture Biologique ».

Les caractéristiques des élevages  sont les suivantes :

En système laitier

  • Des petites à moyennes structures : entre 12 et 45 ha, 25 ha en moyenne ;
  • Des petits cheptels : 12 vaches laitières en moyenne ;
  • Production moyenne : 20 000 l par UTH (unité de main d’œuvre) ;
  • Alimentation des vaches à base d’herbe et de foin ;

Le litre de lait est ainsi valorisé jusqu’à 2 € (contre moins de 0,3 € quand il est vendu non transformé à des laiteries).

En système allaitant

  • Des petites fermes : 43 ha de moyenne de SAU, 1 UTH, 17 vaches allaitantes
  • Poids de carcasse moyen : 200 kg (vaches) à 300 kg (boeufs)
  • Produits vendus : principalement caissettes de viande de veau, broutard, boeuf

Pour aller plus loin

Téléchargez la fiche technico-économique 2014